Kulturelles Zusammenkommen

Am 13. Juni 2017 fand unser Projekt über das kulturelle Zusammenkommen von Flüchtlingen, französischen Austauschstudenten und Studenten der HFU statt.

Das Treffen ergab sich durch unseren Kurs „Projekt Management“, an dem Studenten der Studiengänge internationale Betriebswirtschaft, sowie International Business Management und französische Austauschstudenten beteiligt waren.

Céline Schmitt, Nicolas ROBERT, Elena Kanzler, Anton Baeker sind französische Austauschstudenten, die ein Doppelabschluß bei der HFU Business School absolvieren;  Felix Loth, Friederike Hartleb, André Gaupp sind Studenten der HFU Business School.

Unsere Idee war simpel: die Flüchtlinge kennenlernen und in Kontakt mit Gleichaltrigen bringen, die aus verschiedenen Ländern und Orten kommen. Zusätzlich wollten wir ihnen die HFU und ihre möglichen Studiengänge vorstellen.

Am Dienstag ging es dann los. Wir Studenten trafen uns in der HFU, wo wir im Voraus einen Raum für diesen Abend reserviert hatten. Jeder packte seine selbst gebackenen Spezialitäten aus, bei welchen uns Culinara in Schwenningen mit zahlreichen Back- und Kochzutaten unterstützte.

Als alle Tische und Stühle standen und das Buffet angriffsbereit war, machten wir uns mit fünf Autos auf den Weg nach Donaueschingen, um insgesamt elf Flüchtlinge am Flüchtlingsheim abzuholen.

Schon auf der Fahrt gab es rege Unterhaltungen und wir merkten sofort, dass die Flüchtlinge offen für unser Projekt waren.

An der HFU angekommen, gab es eine Präsentation unsererseits. Wir stellten uns und unsere Herkunftsorte jeweils vor und präsentierten anschließend die HFU mit ihren Standorten und ihrer hohen Anzahl an verschiedenen Studiengängen.

Im Anschluss konnten sich die Flüchtlinge vorstellen. Die Mehrheit kam aus Gambia und von Profi-Fußballer über Taxifahrer bis IT-Student zwischen 19 und 25 war alles dabei.

Nun hatte das strikt organisierte Programm ein Ende und wir eröffneten das Buffet. Wir verteilten uns rund um unsere Stehtische und jeder unterhielt sich mit jedem. Dabei gab es interessante Geschichten und zahlreiche Fragen der Flüchtlinge über Möglichkeiten eines Studiums.

Nach einem kleinen Fotoshooting im Freien, brachten wir die Flüchtlinge wieder zurück nach Donaueschingen. Dabei wurden wir von Dank und Freude überhäuft.

Es war ein wirklich schöner und gelungener Abend, welcher positiv in Erinnerung bleibt. Vor allem war es schön zu sehen, wie offen und engagiert die Flüchtlinge sind und wie dankbar Sie für das Zusammentreffen und das vielfältige Buffet waren.

Wir hoffen, wir konnten den Flüchtlingen einen weiteren, hilfreichen Einblick in das Leben und Studieren in Deutschland geben und sie fühlen sich noch ein Stück weit mehr willkommen in unserem Land.


International HFU Charity Soccer

Am 28.05.2017 fand das ,,International HFU Charity Soccer” Turnier in der Deutenberghalle in Schwenningen statt, bei welchem Flüchtlinge, internationale und deutsche Studenten in einem Fußballturnier gegeneinander antraten. Die Einnahmen wurden an die Diakonie Schwarzwald Baar gespendet, um Flüchtlinge in der Region zu unterstützen.

Im Rahmen des Projektmanagementkurses entwickelten Gabriel Ochocki, Marius Preis und Nugroho Widi Adi Ismoyo (alle Studenten der Internationalen Betriebswirtschaft im vierten Semester) und Manon Herard und Jordan Chayrigues (beides französische Austauschstudenten, die ein Doppelabschluß bei der Fakultät Wirtschaft absolvieren) jeweils ein Konzept für ein Wohltätigkeitsfußballturnier, welche anschließend zu einer Veranstaltung zusammengelegt wurden. Bei der Vorbereitung und Durchführung wurden sie unterstützt von Anna Häußler, Merdan Günes und Roksana Siewiorek (alle Studenten des Studiengangs International Business Management im zweiten Semester), und Fabienne Michi und Tiziana D’Ulisse (beide Studenten der Internationalen Betriebswirtschaft im ersten Semester).

Das Turnier bestand aus einer Gruppenphase mit 16 Spielen und anschließendem Halbfinale, Spiel um Platz 3 und natürlich dem Finale. Die Spiele dauerten alle jeweils 15 Minuten.

Um kurz vor 17 Uhr wurde schließlich das Finale zwischen zwei Flüchtlingsmannschaften angepfiffen. Beide Mannschaften kämpften um den Sieg, aber letztendlich wurde das Finale beim spannenden Elfmeterschießen entschieden.

Bericht von: Roksana Siewiorek (IBM 2)


Internationalité à la H.F.U.

Nous, Nina Faller et Sandra Kaiser, nous sommes étudiantes d’IBW, c’est la gestion d’entreprise internationale. L’internationalité est un grand atout de la H.F.U. Mais qu ’est-ce que cela signifie concrètement être international à la H.F.U ?

Dans notre filière d’études, Il faut choisir une langue centrale. Il y a le français, l’espagnol et le chinois. Nous avons choisi le monde francophone. On n’apprend pas que la langue, mais aussi la culture, l’économie, la politique, tout sur la vie dans les pays francophones.

Notre cours de français est aussi très multiculturel. Les enseignants du monde francophone sont naturellement tous français. En plus, il y a des filières d’études qui sont seulement en anglais. La plupart des étudiants sont étrangers. Ainsi, il ne faut pas parler obligatoirement allemand pour faire ses études à la H.F.U.

Dans notre cours, il y a par exemple Claire. Elle est née au Mali, a grandi en Suisse et en Allemagne. Elle a fait son Bac en France dans un internat. Elle parle parfaitement français et veut améliorer ses connaissances en allemand. En outre, nous avons Maryam et Jessin dans notre cours. Les deux sont du Cameroun qui est un pays francophone. Maryam parle le français à la maison mais Jessin parle l’anglais avec sa famille et. Ils font leurs études en IBM, c’est la gestion d’entreprise internationale en anglais. Un autre étudiant dans notre cours est John qui est d’origine du Liban qui est aussi un pays francophone. Il habite près de Strasbourg. C’est la raison pour laquelle il parle souvent le français dans son temps libre. Ayse est aussi dans notre cours. Elle est d’origine turque.

Dans toutes les filières internationales, il faut faire deux semestres à l’étranger, un semestre pratique et un semestre théorique. Nous pouvons choisir dans quel pays nous le faisons. Souvent les étudiants du monde francophone choisissent la France mais on peut aussi choisir un pays anglophone.

La H.F.U coopère avec beaucoup d’Universités partenaires. Nous avons des Universités partenaires sur tous les cinq continents par exemple en Chine <<University of Shanghai for Science and Technology>>, en Nouvelle-Zélande <<Eastern Institute of Technology>>, en Afrique du Sud <<University of Pretoria>>, aux Etats-Unis <<United States-California State University>>, au Mexique <<Universidad Anáhuac Puebla>>.

Pour nous, les Universités partenaires en France sont très intéressantes. La H.F.U coopère avec des Universités et aussi avec les Ecoles de Gestion et de Commerce dans toute la France et aussi en Martinique et à la Réunion. 


Soirée francophone à la H.F.U

Elle a eu lieu le 6 décembre 2016. Le thème de la soirée a été <<La vie en rose>>. 7 étudiants de la H.F.U ont organisé cette soirée. L’équipe d’organisation était composée de quatre étudiants allemands d’IBW1 et trois étudiants alsaciens faisant le programme Erasmus.

Pendant la soirée, les étudiants étrangers ont fait des présentations des universités françaises partenaires de la H.F.U. par exemple l’Université de Strasbourg ou les écoles de gestion franco-allemandes qui sont dans toute la France. Après, ils ont fait un quiz sur les présentations et on a pu gagner une petite surprise.

Après les présentations, ils ont proposé un buffet et des boissons par exemple du vin chaud. Il y a eu beaucoup de choses typiques pour la France par exemple des crêpes ou des quiches. Les plats étaient très délicieux et l’équipe de l’organisation a fait beaucoup d’efforts pour le préparer.  

La salle a été décorée avec des drapeaux français et des affiches sur les régions françaises. Il y a eu aussi des ballons en forme de cœur qui vont avec le thème <<La vie en rose>>

La soirée était un <<succès>>, comme John Fawaz de IBW1 l’a dit. Comme le 6 décembre est le jour de la Saint-Nicolas, John Fawaz et Simon Häringer (IBW1) se sont déguisés en Saint-Nicolas. Ils ont accueilli les visiteurs et ont donné une rose à chaque femme. Il y a eu environ 90 visiteurs qui viennent de toutes les nations. Bien sûr, tous les étudiants français ont été là, mais aussi des Allemands, des Chinois et beaucoup d’autres…  

Sara Scheid (IBW1) de l’équipe d’organisation a dit que la soirée était bien organisée et la coopération avec les étudiants français a été super et qu’ils les ont beaucoup aidés. Pour cette raison, ils veulent remercier les Français.  

L’ambiance était super comme Alan Segreto (IEB) a dit << C’est une réussite. Les présentations ont été très intéressantes et on a appris beaucoup sur les universités en France. Le meilleur est bien sûr le buffet, c’est vraiment délicieux.>>

Nous, Nina Faller (IBW1) et Sandra Kaiser (IBW1), pensons que la soirée était très informative et nous nous réjouissons de la prochaine soirée française l’année prochaine.


La H.F.U. est une école internationale : Claire, étudiante en économie internationale a des racines françaises, maliennes et allemandes.

Bonjour Claire, de quelle nationalité sont tes parents? Ma mère est d’origine malienne et mon père est allemand.

Où est-ce que tu es née et as grandi? Je suis née à Bamako au Mali et j’ai grandi dans différents pays.  Tout abord au Mali, ensuite  en Suisse où je suis restée deux ans. Ensuite, je suis partie en Allemagne où je suis restée cinq ans et après je suis allée en France en Normandie pour sept ans.

Pourquoi est-ce que tu étais dans un internat? Parce que j’ai changé souvent de lieu d’habitation et mon niveau scolaire a commencé à baisser.  L’internat était réputé pour être une bonne école et était la solution.

Qu’est-ce que tu as appris à l’internat pour la vie? J’y ai appris sur dans tous les domaines parce que c’est un internat international. Il y avait des personnes qui venaient du monde entier et j’ai connu différentes cultures et mentalités.

Quelles langues est-ce que tu as parlées dans l’internat? Je parlais le français.

Quelle langue tu parles à la maison? Le français.

Pourquoi tu as voulu étudier en Allemagne? Parce que j’ai eu envie de changer de pays.

Pourquoi est-ce que tu as choisi la H.F.U et pas une université dans une grande ville allemande? Parce que je pense que si j’étais dans une grande ville allemande je serais perdue parce qu’il y a trop de personnes. Le changement de langue, la mentalité, tout aurait été trop. Et je pense que la H.F.U est une petite ville agréable.

Est-ce que tu pourrais recommander la H.F.U à tes amis français? Oui, je pourrais leur recommander cette école et juste ajouter de se préparer un peu plus au niveau linguistique. 

Claire Schröder IBW 1


Doppel Abschluß

Im September 2016, hat Frau Annick Wehrle, Direktorin Schwerpunkt Frankophone Welt an der Business School der HFU campus Schwenningen Frau Clotilde Ravisy-Heurtebise aus der Ecole de Management Strasbourg getroffen und interviewed.

Frau Clotilde Ravisy-Heurtebise hat bei der HFU Business School ein Doppel Abschluß im Programm Internationale Betriebswirtschaft absolviert im 2015/2016. Sie erinnert sich sehr gerne an dieser Zeit ihres Studiums am HFU Campus Schwenningen.

Il y deux ans, j’ai choisi d’aller étudier en double-diplôme à Schwenningen. J’ai fait un Bachelor en « Internationale Betriebswirtschaft » grâce au partenariat que l’EM Strasbourg a avec l’Université de Furtwangen. Ça n’a pas toujours été facile car étudier dans deux langues étrangères (les cours sont enseignés en allemand et en anglais) ajoute une difficulté supplémentaire. Mais cela permet également de faire tellement de progrès aussi bien dans la langue que dans la matière concernée !

De plus, les professeurs sont très intéressants, ont beaucoup d’expérience dans le domaine qu’ils enseignent et n’hésitent pas à réexpliquer si quelque chose n’est pas clair. La manière d’enseigner est différente de celle en France, plus analytique. Mais cette autre approche est également très enrichissante et permet d’aborder un même sujet de deux façons différentes.

Je ne peux que recommander de faire un double-diplôme aussi bien pour l’ouverture académique et personnelle que cela apporte que pour la valeur ajoutée sur le CV !

Mon double diplôme est la conclusion de ma très belle année passée dans cette petite ville de Forêt-Noire J !

Bien sûr, je n’oublie pas non plus la très bonne ambiance avec les étudiants étrangers et avec les étudiants allemands. Schwenningen est certes une petite ville et une petite université mais c’est aussi ce qui permet aux étudiants d’être si proches et de passer une super année ! L’association étudiante ISC est très active et propose énormément d’activités.
Je garde un souvenir mémorable de mon année passée là-bas et j’espère que vous aussi vous aurez envie de vivre cette expérience, vous n’allez pas le regretter !

 


Soirée Cinéma française à la HFU

Le magnifique buffet de la soirée cinéma

Comme chaque année,  trois étudiantes de la HFU ont organisé une soirée cinéma française dans le cadre du projet du semestre. Le 7 juin, 35 étudiants de la HFU se sont rencontrés dans le bâtiment E pour voir le film célèbre « La Famille Bélier ».

Dans le film, il s’agit d’une famille de sourds-muets, sauf la fille Paula. C’est pourquoi l’adolescente est indispensable à  la famille. Elle aide ses parents dans la vie de tous les jours dans leur ferme. Un jour, le professeur de musique de Paula découvre son talent pour le chant et lui demande de participer à un concours de chant à Paris. Les parents n’aiment pas cette idée donc Paula est confrontée à un dilemme. En même temps,  elle a un chagrin d’amour à cause d’un garçon de son âge. Dans le courant du film, on va voir quelles décisions Paula va prendre et comment sa vie se développe.

L’actrice principale Paula est jouée par Louane Emera, une chanteuse célèbre. Avec 7,5 millions de visiteurs en France et 5 millions en Allemagne, le film a eu beaucoup de succès. C’est aussi pourquoi les organisateurs ont choisi de montrer ce film pendant la soirée cinéma.

L’évènement a commencé à 19.30h et quand les visiteurs sont arrivés, les organisateurs les ont accueillis  avec un buffet magnifique. Les mets français, comme des crêpes, des tartes, des quiches, des baguettes, des gâteaux et des boissons étaient  délicieux.  Tous les plats étaient préparés par les organisateurs eux-mêmes. Le film a plu à tous les visiteurs même aux personnes qui ne parlent pas français. Ils pouvaient comprendre l’idée principale grâce aux sous-titres en anglais. L’art de vivre de la France provincial est très bien montré est facile à comprendre pour tous. L’audience a apprécié l’atmosphère légère et agréable.

La soirée était un vrai succès grâce au bon film qui a ému les visiteurs aux larmes et en même temps les a fait rire. En outre, les repas excellents ont parfait la soirée cinéma.  Après le film, les visiteurs ont profité de l’occasion pour donner leurs impressions  en dégustant le buffet jusqu’à 22h


International Week 2016

Shahla, étudiante à la HFU

Dans le cadre de notre projet du semestre nous avons fait une interview d’une étudiante qui a participé à l’international week de la HFU. Elle s’appelle Shahla (20 ans) et elle vient de Stuttgart. Maintenant elle est au quatrième semestre des études de « International Business Management ».   

Pourquoi as-tu participé à l’ « International Week » ? J’ai participé à l’international week parce que je pense que c’est une unique opportunité et on ne peut pas faire cela partout. En plus, c’est un évènement intéressant et on profite d’une semaine de français intensif.   

Comment les cours se sont déroulés pendant la semaine? Pendant les quatre jours,  nous avons eu seulement un cours qui s’appelle « Doing Business in France ». Au total, c’étaient 1,5 jour de théorie, 1,5 jour de préparation de la présentation et le  dernier jour,  la présentation de notre sujet.

Quels thèmes ont été traités pendant les cours ? En général,  le thème était l’analyse d’un distributeur français. Nous avons analysé le lieu, la concurrence, les fournisseurs, les clients et les facteurs qui influencent les supermarchés. Les Professeurs ont donné beaucoup d’exemples et à la fin nous avons développé des stratégies marketing pour les distributeurs français.

Est-ce que tu as seulement été dans les cours d’un seul professeur ou de plusieurs professeurs ? Prof. Dr. Paul Lapoule de la « Novancia Business School Paris » a enseigné notre cours. Il était vraiment sympa, serviable, ouvert et il a parlé clairement et lentement. Pour les autres langues,  il y avait d’autres Professeurs de différents pays.

Quelles sont les différences entre des cours classiques à la HFU et les cours pendant l’« International Week » ? Les cours pendant l’international week sont plus courts et plus focalisés que les cours classiques à la HFU. On se concentre sur un thème spécifique pendant quatre jours. Et à la fin, on fait une présentation qui répond aux questions centrales.

Est-ce que tu peux recommander la participation à ces cours ? Oui, je recommande de participer à l’international week parce que c’est une bonne opportunité pour améliorer ses connaissances de français. En plus, on peut faire quelque chose de différent parce qu’on ne pratique  pas ces manières d’analyse dans les  cours classiques. Ainsi, on apprend beaucoup, gagne de l’expérience et peut appliquer ce qu’on a appris pendant les cours. 


Interview d’une étudiante française

Marie, étudiante française à la HFU

Dans le cadre du projet du semestre nous avons fait le 28.04.2016 l’interview d’une étudiante française. Elle s’appelle Marie (22 ans) et vient de la banlieue parisienne. 

Que fais-tu à la HFU ce semestre ? J’étudie à la HFU Business International. Je fais mon diplôme ici et je reste un an. Je n’ai pas choisi mes cours parce qu’ils sont obligatoires et imposés par ma coordinatrice.  

Comment es-tu venue à l'idée d’étudier à la HFU ? Mon professeur pédagogique m’a dit que je peux faire un double-diplôme en Allemagne. Il m’a donné beaucoup d’arguments pour venir ici et c’est pour cela que je suis ici.

Qu'est-ce que tu aimes à la HFU ? J’aime la mensa avec tous les gâteaux. L’université est très moderne et très technologique.

Est-ce qu'il y a quelque chose que tu n'aimes pas ? Schwenningen est un peu petit et provincial.

Qu'est-ce que tu as fait avant d'aller à la HFU ? Avant d’aller à la HFU, j’étudiais dans mon école de commerce qui s’appelle l’ICD à Paris. J’ai passé mes deux premières années là-bas.

As-tu déjà trouvé des amis allemands ? Au premier semestre, j’avais deux amis allemands. Et maintenant, dans le semestre actuel  j’ai beaucoup d’amis allemands.

Qu'est-ce que tu aimes en Allemagne ? J’adore les Brezels. J’aime bien la culture, que ce soit droit, la culture allemande est très claire. Les gens ici sont très sympathiques.

Quelle chose française te manque ici ? Le fromage, le pain,  la tradition, les baguettes. C’est hyper-stéréotype, mais cela me manque. Et peut-être un peu de champagne de temps en temps.

Qu’est-ce que tu fais pendant ton temps libre ? Je me suis inscrite à la salle de sport. Le week-end, on essaie de voyager un peu, d’aller à Tuttlingen, à Stuttgart, à Zurich, parce que ce n’est pas très loin. Et j’ai une amie française  qui a sa voiture, qui est très pratique pour se déplacer. J’attends avec impatience le soleil pour aller sur les terrasses.

Est-ce que tu peux imaginer travailler en Allemagne dans le futur ? Oui, je pense que je peux m’imaginer travailler en Allemagne, mais pas à Schwenningen, il me faut une grande ville. Comme j’étudie un an ici, c’était la base pour mieux connaître les Allemands et leur culture, la façon de travailler pour savoir si je pourrais m’adapter à la culture allemande en note de fonctionnement du travail. Je me vois totalement travailler ici, dans l’avenir. Il faut juste que j’améliore mon Allemand et c’est parti.



16 étudiants de Villingen-Schwenningen découvrent Strasbourg comme lieu pour les études

Faisant partie d’un projet de IBW 4, une excursion à Strasbourg a été organisée le 6 novembre 2015. Le but de ce projet était de donner aux étudiants l’opportunité de connaître Strasbourg et notre université partenaire, l’Ecole de Management et de découvrir si Strasbourg entre en ligne de compte pour leur semestre d’études à l’étranger.
Avec 16  participants, nous avons prix le train de Schwenningen à 7.30 heures vers la capitale de l’Alsace.
Avec Stéphanie Stéhli qui est venue nous chercher à la gare de Strasbourg, nous avons pris le tram ensemble jusqu’à l’École de Management.
Après y être arrivés, nous avons été accueillis amicalement par Dr. Didier Wehrli (responsable pour les programmes bachelor), Dr. Enrico Prinz (professeur et chercheur de formation en recherche) et les coordinatrices Élodie Thévenet et Stéphanie Stéhli . Le directeur pour les relations internationales Dr. Kevin Mac Gabhan qui nous a aussi sohaité la bienvenue gentiment, a souligné l’importance de l’exchange entre Schwenningen et Strasbourg.
Après, ils nous ont montré L’EM et les endroits les plus importants comme l’amphithéâtre et les salles de courses. Puis, nous avons eu l’opportunité de participer à une cours de négociations internationales et avoir une impression de la vie d’un étudiant à l’EM.
L’étape suivante fut une présentation de l’École Management de Dr. Wehrli et Dr. Enrico Prinz qui nous ont donné des informations générales et aussi plus détaillées des programmes de Bachelor. Nos questions ont été répondues avec plaisir.
La HFU, en particulier la Business School a aussi été présentée par les organisateurs du projet. Notre visite a été terminée par un déjeuner en commun avec tous les participants, quelques étudiants de l’EM et les étudiants d’échange de la HFU qui passent leur semestre d’études à Strasbourg actuellement. A cette occasion, les étudiants ont eu l’opportunité de s’échanger un peu. Les responsables de l’EM ont pris beaucoup de temps pour nous et nous avons pu gagner une bonne impression de l’École Management et un semestre d’études ici. Nous tenons à remercier l’EM encore une fois pour l’effort et le temps qu’ils ont pris pour nous. Pour le deuxième point du projet, nous sommes allés visiter la cathédrale. C’est que la visite guidée de deux heures avec « Happy Strasbourg »a commencé. La visité a été organisée d’une façon interactive et amusant. Notre guide nous a montré entre autre la fontaine Meiselocker, la place de Broglie, Kléber et Gutenberg et beaucoup d’autres places : il a raconté une histoire intéressante à chaque fois. Arrivé à la cathédrale de nouveau, la visite guidée a été finie.
Ensuite, les étudiants ont eu deux heures libres pour visiter la ville. Ils ont eu l’opportunité de faire du shopping, boire un café ou goûter un éclair.
Finalement, nous avons pris le chemin de retour. À 20.30 heures, notre train est arrivé à la gare de Schwenningen où nous avons dit au revoir à notre participants qui nous ont donné un retour très positif sur cette journée.
L’excursion à Strasbourg a été un grand succès et peut certainement aider quelques étudiants avec leur décision pour le semestre d’études à l’étranger. Par ailleurs, la visite guidée leur a apporté beaucoup d’éléments culturels très intéressants.
Le projet a été financé un grand partie par une vente de gaufres qui a été lieu une semaine avant l’excursion et était organisé par les deux membres du projet.


L'interview avec deux Français

Claudia et Nicolas, participants au programme Erasmus à la H.F.U.

Dans le cadre de notre projet francophonie, nous avons interviewé deux étudiants français Claudia et Nicolas  qui participent au programme Erasmus à la H.F.U.

De quelle ville en France viens-tu? Comment s’appelle ton université? 
Claudia: Je viens de Toulouse et mon université s’appelle ICD Toulouse- International Business School
Nicolas: Normalement, j´habite à Mulhouse et j´étudie à l’ I.M.E.A.

Pourquoi est-ce que tu as choisi la HFU? Es-tu venue dans la cadre d’un programme comme Erasmus?
Claudia: Mon université française a un partenariat avec cette école. En plus, j´ai la possibilité d´obtenir un double diplôme ici.

Pour combien de temps resteras-tu ici?
Claudia: Je resterai une année.
Nicolas: Moi, je fais un semestre.

Pouvais-tu choisir ton emploi de temps seul? As-tu des cours en allemand ou en anglais?
Claudia: Moi, je n´avais pas le droit de choisir mon emploi de temps seule. Toutes les filières obligatoires sont en anglais et j´ai choisi une option en allemand.

Parallèlement aux cours de la HFU, prends-tu aussi des cours d’allemand ?
Nicolas: Oui, nous apprenons l´allemand trois heures par semaine dans le « Language Center », c´est obligatoire.

Est-ce que l’allemand était une filière à ton université? Pour combien de temps tu l’as appris?
Nicolas : Oui, nous avons pris l´allemand comme deuxième langue à nos universités. Je l´appris pour 8 ans et Claudia pour 10 ans.

Es-tu venue ici avec des autres étudiants de ton université? Est-il normal que les Français passent leur semestre à l’étranger en Allemagne?
Claudia: Je suis venue avec trois autres étudiants et Nicolas est venu seul. Donc, on peut dire que ce n’est pas normal pour les étudiants français d´aller en Allemagne, plutôt en Espagne.

Passes-tu beaucoup de temps avec des Allemands ici? Est-ce que tu participes au programme « Buddy » qui permet d’accompagner un étudiant étranger, à l’université?
Nicolas : Contrairement à Claudia qui connaît seulement deux Allemands, je passe beaucoup de temps avec quelques Allemands. En plus, nous les deux, on participe au programme BUDDY.

Aimes-tu l’Allemagne et Schwenningen? Recommanderais-tu notre université à d’autres étudiants?   Claudia : Nous aimons bien l´Allemagne mais Schwenningen ne serait pas si dynamique sans les étudiants. Nous aimons l’ambiance de cette université.


La soirée francophone 2015

Comme tous les ans, la soirée francophone a lieu sur le campus à Schwenningen. Elle est organisée dans le cadre du projet du premier semestre. Cette fois le groupe d’organisation se formait de cinq Allemands et onze Français. La fête commençait à 18 :30h le 8 décembre dans le bâtiment E.

Il y avait environ 50 personnes qui y sont venues. Parmi eux on a pu trouver au moins 15 Français. En plus il y avait quelques étudiants francophones. En entrant le bâtiment, nous avons remarqué tout de suite que les organisateurs avaient investi beaucoup de travail dans la fête. La richesse de la décoration détaillée a été très impressionnante. Ce que nous avons aimé beaucoup, c’étaient les t-shirts uniques des organisateurs avec la carte française tricolore. En attendant le début des présentations, on a entendu de la musique française qui a contribuée à une atmosphère détendue.

Le grand thème de la soirée a été « Le Tour de France ». La soirée a commencé avec des présentations des étudiants français. Ils ont présenté d’une façon attrayante leurs universités en France. Après chaque présentation les auditeurs ont pu participer à un petit quiz. Pour chaque réponse correcte, on a reçu un petit cadeau. Ensuite, le buffet a offert une grande variété des petits plats. Comme spécialités françaises, il y avait de la Rillette, Quiche-Lorraine, Apple crumble, tarte flambée, des crêpes et beaucoup plus. Tous ont été très délicieux et notre plat préféré a été la tarte flambée. La nourriture était préparée par chaque membre du groupe d’organisation. Tout le monde avait pu choisir ce qu’il voudrait faire. Au total, la soirée était très bien organisée, très amusante et réussie.

Les organisateurs nous ont dit, qu’ils avaient beaucoup aimé effectuer la soirée francophone et qu’ils avaient passé un bon temps.

Svenja Oschwald, Jenny Messner et Franziska Maurus 

 

 

 

 

Bridinette, une Camerounaise entre modernité et tradition

Nous sommes trois étudiantes de la filière IBW en premier semestre. Comme nous réalisons le projet « la Francophonie », on a eu  l´idée d´interview Bridinette qui vient du Cameroun. A 27 ans, elle vient de commencer ses études à  la HFU dans la filière IBW.

Etudiantes : Quand es-tu arrivée en Allemagne et pourquoi y fais-tu tes études ?

Bridinette : Je suis arrivée en Allemagne il y a un an. Je trouve le système scolaire allemand  très intéressant et j´aime bien la langue. En plus, les études ne sont pas aussi chères qu´en France.

E : Pour combien de temps et comment as- tu appris l’allemand?

B : J´ai reçu le diplôme ZIDAF au Cameroun après avoir appris l´allemand pendant 5 mois. En outre, j´ai appris l´allemand en Allemagne encore pendant 5 mois pour obtenir le  diplôme DHS qui me permet de faire des études en Allemagne.  

E : Es-tu venue toute seule ou est-ce que ta famille t’a accompagnée?

B : Je suis arrivée seule, donc, c´est très dur financièrement. Si on est étranger, on ne reçoit pas de bourses alors, il faut travailler. Je me sens très à l´aise en Allemagne. Cependant ma famille me manque, surtout ma mère.  

E : Quel diplôme as-tu reçu au Cameroun ? Est-ce que c’est normal d’obtenir ce diplôme, aussi pour les femmes ?

B : J´ai reçu la licence en finance (Controlling, Accounting) au Cameroun. Mais oui naturellement, les femmes sont très nombreuses et fortes dans les universités.  

E : Est-ce qu´on peut comparer les études au Cameroun avec celles en Allemagne ?

B : Je pense que le système allemand est très convaincant, c’est-à-dire, c’est plus orienté vers la profession. En outre, les études allemandes sont mieux organisées.

E : Est-ce que tu sens l´ambiance internationale à la HFU ?

B : Oui, j’aime bien cette ambiance. Chaque jour quand j’arrive à l’université, j’entends des personnes parlant français, anglais, allemand… ça m’aide à me sentir plus à l’aise. En outre, il y a beaucoup de Camerounais à la H.F.U.

E : Pourquoi as- tu pris la décision de faire les études à la HFU ? Pourquoi la filière IBW ?

B : Dans cette région calme, je peux bien me concentrer, les études sont internationales et les deux semestres à l’étranger m’ont convaincue.

Franziska Maurus, Jennifer Messner, Svenja Oschwald 


Diplôme de Francais Professionel - Affaires

Die Fakultät Wirtschaft ist seit mehreren Jahren Centre d´examens de la Chambre de Commerce et d´Industrie de Paris. Studendierende können das Diplôme de Français Professionnel – Affaires (Niveau B2, C1 oder C2) am Campus Schwenningen erwerben. Die Vorbereitungskurse zu diesen Prüfungen werden an der Fakultät Wirtschaft angeboten.

Weitere Informationen

Ansprechpartnerin: Annick Wehrle