Doppel Abschluß

Im September 2016, hat Frau Annick Wehrle, Direktorin Schwerpunkt Frankophone Welt an der Business School der HFU campus Schwenningen Frau Clotilde Ravisy-Heurtebise aus der Ecole de Management Strasbourg getroffen und interviewed.

Frau Clotilde Ravisy-Heurtebise hat bei der HFU Business School ein Doppel Abschluß im Programm Internationale Betriebswirtschaft absolviert im 2015/2016. Sie erinnert sich sehr gerne an dieser Zeit ihres Studiums am HFU Campus Schwenningen.

Il y deux ans, j’ai choisi d’aller étudier en double-diplôme à Schwenningen. J’ai fait un Bachelor en « Internationale Betriebswirtschaft » grâce au partenariat que l’EM Strasbourg a avec l’Université de Furtwangen. Ça n’a pas toujours été facile car étudier dans deux langues étrangères (les cours sont enseignés en allemand et en anglais) ajoute une difficulté supplémentaire. Mais cela permet également de faire tellement de progrès aussi bien dans la langue que dans la matière concernée !

De plus, les professeurs sont très intéressants, ont beaucoup d’expérience dans le domaine qu’ils enseignent et n’hésitent pas à réexpliquer si quelque chose n’est pas clair. La manière d’enseigner est différente de celle en France, plus analytique. Mais cette autre approche est également très enrichissante et permet d’aborder un même sujet de deux façons différentes.

Je ne peux que recommander de faire un double-diplôme aussi bien pour l’ouverture académique et personnelle que cela apporte que pour la valeur ajoutée sur le CV !

Mon double diplôme est la conclusion de ma très belle année passée dans cette petite ville de Forêt-Noire J !

Bien sûr, je n’oublie pas non plus la très bonne ambiance avec les étudiants étrangers et avec les étudiants allemands. Schwenningen est certes une petite ville et une petite université mais c’est aussi ce qui permet aux étudiants d’être si proches et de passer une super année ! L’association étudiante ISC est très active et propose énormément d’activités.
Je garde un souvenir mémorable de mon année passée là-bas et j’espère que vous aussi vous aurez envie de vivre cette expérience, vous n’allez pas le regretter !

 


Soirée Cinéma française à la HFU

Le magnifique buffet de la soirée cinéma

Comme chaque année,  trois étudiantes de la HFU ont organisé une soirée cinéma française dans le cadre du projet du semestre. Le 7 juin, 35 étudiants de la HFU se sont rencontrés dans le bâtiment E pour voir le film célèbre « La Famille Bélier ».

Dans le film, il s’agit d’une famille de sourds-muets, sauf la fille Paula. C’est pourquoi l’adolescente est indispensable à  la famille. Elle aide ses parents dans la vie de tous les jours dans leur ferme. Un jour, le professeur de musique de Paula découvre son talent pour le chant et lui demande de participer à un concours de chant à Paris. Les parents n’aiment pas cette idée donc Paula est confrontée à un dilemme. En même temps,  elle a un chagrin d’amour à cause d’un garçon de son âge. Dans le courant du film, on va voir quelles décisions Paula va prendre et comment sa vie se développe.

L’actrice principale Paula est jouée par Louane Emera, une chanteuse célèbre. Avec 7,5 millions de visiteurs en France et 5 millions en Allemagne, le film a eu beaucoup de succès. C’est aussi pourquoi les organisateurs ont choisi de montrer ce film pendant la soirée cinéma.

L’évènement a commencé à 19.30h et quand les visiteurs sont arrivés, les organisateurs les ont accueillis  avec un buffet magnifique. Les mets français, comme des crêpes, des tartes, des quiches, des baguettes, des gâteaux et des boissons étaient  délicieux.  Tous les plats étaient préparés par les organisateurs eux-mêmes. Le film a plu à tous les visiteurs même aux personnes qui ne parlent pas français. Ils pouvaient comprendre l’idée principale grâce aux sous-titres en anglais. L’art de vivre de la France provincial est très bien montré est facile à comprendre pour tous. L’audience a apprécié l’atmosphère légère et agréable.

La soirée était un vrai succès grâce au bon film qui a ému les visiteurs aux larmes et en même temps les a fait rire. En outre, les repas excellents ont parfait la soirée cinéma.  Après le film, les visiteurs ont profité de l’occasion pour donner leurs impressions  en dégustant le buffet jusqu’à 22h


International Week 2016

Shahla, étudiante à la HFU

Dans le cadre de notre projet du semestre nous avons fait une interview d’une étudiante qui a participé à l’international week de la HFU. Elle s’appelle Shahla (20 ans) et elle vient de Stuttgart. Maintenant elle est au quatrième semestre des études de « International Business Management ».   

Pourquoi as-tu participé à l’ « International Week » ? J’ai participé à l’international week parce que je pense que c’est une unique opportunité et on ne peut pas faire cela partout. En plus, c’est un évènement intéressant et on profite d’une semaine de français intensif.   

Comment les cours se sont déroulés pendant la semaine? Pendant les quatre jours,  nous avons eu seulement un cours qui s’appelle « Doing Business in France ». Au total, c’étaient 1,5 jour de théorie, 1,5 jour de préparation de la présentation et le  dernier jour,  la présentation de notre sujet.

Quels thèmes ont été traités pendant les cours ? En général,  le thème était l’analyse d’un distributeur français. Nous avons analysé le lieu, la concurrence, les fournisseurs, les clients et les facteurs qui influencent les supermarchés. Les Professeurs ont donné beaucoup d’exemples et à la fin nous avons développé des stratégies marketing pour les distributeurs français.

Est-ce que tu as seulement été dans les cours d’un seul professeur ou de plusieurs professeurs ? Prof. Dr. Paul Lapoule de la « Novancia Business School Paris » a enseigné notre cours. Il était vraiment sympa, serviable, ouvert et il a parlé clairement et lentement. Pour les autres langues,  il y avait d’autres Professeurs de différents pays.

Quelles sont les différences entre des cours classiques à la HFU et les cours pendant l’« International Week » ? Les cours pendant l’international week sont plus courts et plus focalisés que les cours classiques à la HFU. On se concentre sur un thème spécifique pendant quatre jours. Et à la fin, on fait une présentation qui répond aux questions centrales.

Est-ce que tu peux recommander la participation à ces cours ? Oui, je recommande de participer à l’international week parce que c’est une bonne opportunité pour améliorer ses connaissances de français. En plus, on peut faire quelque chose de différent parce qu’on ne pratique  pas ces manières d’analyse dans les  cours classiques. Ainsi, on apprend beaucoup, gagne de l’expérience et peut appliquer ce qu’on a appris pendant les cours. 


Interview d’une étudiante française

Marie, étudiante française à la HFU

Dans le cadre du projet du semestre nous avons fait le 28.04.2016 l’interview d’une étudiante française. Elle s’appelle Marie (22 ans) et vient de la banlieue parisienne. 

Que fais-tu à la HFU ce semestre ? J’étudie à la HFU Business International. Je fais mon diplôme ici et je reste un an. Je n’ai pas choisi mes cours parce qu’ils sont obligatoires et imposés par ma coordinatrice.  

Comment es-tu venue à l'idée d’étudier à la HFU ? Mon professeur pédagogique m’a dit que je peux faire un double-diplôme en Allemagne. Il m’a donné beaucoup d’arguments pour venir ici et c’est pour cela que je suis ici.

Qu'est-ce que tu aimes à la HFU ? J’aime la mensa avec tous les gâteaux. L’université est très moderne et très technologique.

Est-ce qu'il y a quelque chose que tu n'aimes pas ? Schwenningen est un peu petit et provincial.

Qu'est-ce que tu as fait avant d'aller à la HFU ? Avant d’aller à la HFU, j’étudiais dans mon école de commerce qui s’appelle l’ICD à Paris. J’ai passé mes deux premières années là-bas.

As-tu déjà trouvé des amis allemands ? Au premier semestre, j’avais deux amis allemands. Et maintenant, dans le semestre actuel  j’ai beaucoup d’amis allemands.

Qu'est-ce que tu aimes en Allemagne ? J’adore les Brezels. J’aime bien la culture, que ce soit droit, la culture allemande est très claire. Les gens ici sont très sympathiques.

Quelle chose française te manque ici ? Le fromage, le pain,  la tradition, les baguettes. C’est hyper-stéréotype, mais cela me manque. Et peut-être un peu de champagne de temps en temps.

Qu’est-ce que tu fais pendant ton temps libre ? Je me suis inscrite à la salle de sport. Le week-end, on essaie de voyager un peu, d’aller à Tuttlingen, à Stuttgart, à Zurich, parce que ce n’est pas très loin. Et j’ai une amie française  qui a sa voiture, qui est très pratique pour se déplacer. J’attends avec impatience le soleil pour aller sur les terrasses.

Est-ce que tu peux imaginer travailler en Allemagne dans le futur ? Oui, je pense que je peux m’imaginer travailler en Allemagne, mais pas à Schwenningen, il me faut une grande ville. Comme j’étudie un an ici, c’était la base pour mieux connaître les Allemands et leur culture, la façon de travailler pour savoir si je pourrais m’adapter à la culture allemande en note de fonctionnement du travail. Je me vois totalement travailler ici, dans l’avenir. Il faut juste que j’améliore mon Allemand et c’est parti.


Le groupe de projet d’IBW 4 organise une excursion à Strasbourg et vous raconte ...

Le Parlement Européen, la tarte flambée, des maisons à colombages aniciennes, deux heures de distance de Schwenningen, la « Petite France » - et au milieu il se trouve un groupe de 30 étudiants internationaux de la Business School de la Hochschule Furtwangen avec toute leur bonne humeur !

Tout a commencé en novembre 2015. Quatre étudiantes de la filière d’étude des Affaires Internationales avaient l’idée et le souhait d’organiser un échange interculturel avec les étudiants allemands et internationaux de la HFU. Tout cela avait lieu dans le cadre du cours du « management de projet » et était encadré par l’animatrice du projet Madame Annick Wehrle, directrice du département monde francophone.
L’excursion commençait vendredi matin, le 15. Avril 2016. Le lieu de rendez-vous fixé était au Campus de la Hochschule Schwenningen. D’ici, l’entreprise de bus « Merz Reisen » nous a emmené jusqu’à Strasbourg. La première étape : Le Parlement Européen. Après avoir passé les contrôles de sécurité, une collaboratrice du Parlement nous a cordialement accueillis. Pendant la visite guidée, nous avons eu la chance de pouvoir participer à un débat public dans la salle de l´assemblée. Surtout pour les étudiants internationaux, ayant des fonds culturels étrangers, il était très intéressant de savoir que les députés européens représentent les citoyens à l’échelle de l’UE et défendent leurs intérêts devant les dirigeants européens et les institutions de l’UE. Seule institution de l’Union Européenne élue au suffrage universel direct, le Parlement européen prend très au sérieux son rôle de gardien des libertés, des Droits de l’Homme, de la démocratie en Europe et au-delà.
Sans difficulté nous sommes allés ensuite dans le centre de Strasbourg. Comme déjeuner, et pour reprendre nos forces, les organisatrices du projet ont distribué des repas tirés du sac, faits maison, avec tartes flambées typiquement alsaciennes, une pomme et une brioche française. Grâce au beau temps, nous avons pu déjeuner ensemble sur la place d’Etoile avant de reprendre la route vers le quartier de la « Petite France » Là, Gabriel notre guide très motivé de l’organisation « Happy Strasbourg » nous a attendus pour commencer la visite guidée du quartier.
Celui-ci nous a expliqué l’histoire de l’Alsace et les particularités de ce quartier d’une manière très humoristique et passionnante. Pour les étudiants internationaux, c’était très impressionnant de voir la méthode de construction typique de l’Alsace. À la fin de la visite guidée, qui durait environ une heure, nous étions récompensés par une vue magnifique sur toute la ville historique de Strasbourg.
À partir de ce moment-là, les participants avaient la possibilité de découvrir la ville de leur propre chef. Quelques étudiants allemands ont profité de l’occasion de visiter l’Ecole de Management et de s’informer sur un semestre à l’étranger, comme l’EM Strasbourg représente une université partenaire de la Business School HFU Furtwangen.
Egalement la cathédrale était une curiosité très populaire, qui représentait aussi notre lieu de rendez-vous à 16 :30 pour aller-retour en bus à la place d’Etoile tous ensemble. À 19.00 heures, nous étions finalement de retour à Schwenningen.
Avec une participation aux frais de 15 euros par personne, nous avons atteint notre but du projet, de tenir les frais des participants les plus bas possible. Nous l’avons réussi, en comparant et en négociant des offres de bus et de la visite guidée différentes. D’ailleurs, les organisatrices du projet ont organisé un petit « Food Festival », le 22. Mars 2016, au campus de la HFU. Le profit entier a servi en plus à financer l’excursion à Strasbourg.
À l’aide d’un bon Marketing pour l’excursion nous avons pu emmener assez de participants, auxquels l’excursion a beaucoup plu. Les questionnaires, que nous avons distribués au retour de Strasbourg, l’ont prouvé. Le déroulement du programme s’est fait sans difficultés et l’échange interculturel entre les participants a été particulièrement mis en avant. À cause d’une visite précédente des organisatrices du projet et la communication en anglais durant toute la journée, cela pouvait être garanti. Au-delà, et ce qui est le plus important, est que des amitiés se sont créées durant l’excursion !


16 étudiants de Villingen-Schwenningen découvrent Strasbourg comme lieu pour les études

Faisant partie d’un projet de IBW 4, une excursion à Strasbourg a été organisée le 6 novembre 2015. Le but de ce projet était de donner aux étudiants l’opportunité de connaître Strasbourg et notre université partenaire, l’Ecole de Management et de découvrir si Strasbourg entre en ligne de compte pour leur semestre d’études à l’étranger.
Avec 16  participants, nous avons prix le train de Schwenningen à 7.30 heures vers la capitale de l’Alsace.
Avec Stéphanie Stéhli qui est venue nous chercher à la gare de Strasbourg, nous avons pris le tram ensemble jusqu’à l’École de Management.
Après y être arrivés, nous avons été accueillis amicalement par Dr. Didier Wehrli (responsable pour les programmes bachelor), Dr. Enrico Prinz (professeur et chercheur de formation en recherche) et les coordinatrices Élodie Thévenet et Stéphanie Stéhli . Le directeur pour les relations internationales Dr. Kevin Mac Gabhan qui nous a aussi sohaité la bienvenue gentiment, a souligné l’importance de l’exchange entre Schwenningen et Strasbourg.
Après, ils nous ont montré L’EM et les endroits les plus importants comme l’amphithéâtre et les salles de courses. Puis, nous avons eu l’opportunité de participer à une cours de négociations internationales et avoir une impression de la vie d’un étudiant à l’EM.
L’étape suivante fut une présentation de l’École Management de Dr. Wehrli et Dr. Enrico Prinz qui nous ont donné des informations générales et aussi plus détaillées des programmes de Bachelor. Nos questions ont été répondues avec plaisir.
La HFU, en particulier la Business School a aussi été présentée par les organisateurs du projet. Notre visite a été terminée par un déjeuner en commun avec tous les participants, quelques étudiants de l’EM et les étudiants d’échange de la HFU qui passent leur semestre d’études à Strasbourg actuellement. A cette occasion, les étudiants ont eu l’opportunité de s’échanger un peu. Les responsables de l’EM ont pris beaucoup de temps pour nous et nous avons pu gagner une bonne impression de l’École Management et un semestre d’études ici. Nous tenons à remercier l’EM encore une fois pour l’effort et le temps qu’ils ont pris pour nous. Pour le deuxième point du projet, nous sommes allés visiter la cathédrale. C’est que la visite guidée de deux heures avec « Happy Strasbourg »a commencé. La visité a été organisée d’une façon interactive et amusant. Notre guide nous a montré entre autre la fontaine Meiselocker, la place de Broglie, Kléber et Gutenberg et beaucoup d’autres places : il a raconté une histoire intéressante à chaque fois. Arrivé à la cathédrale de nouveau, la visite guidée a été finie.
Ensuite, les étudiants ont eu deux heures libres pour visiter la ville. Ils ont eu l’opportunité de faire du shopping, boire un café ou goûter un éclair.
Finalement, nous avons pris le chemin de retour. À 20.30 heures, notre train est arrivé à la gare de Schwenningen où nous avons dit au revoir à notre participants qui nous ont donné un retour très positif sur cette journée.
L’excursion à Strasbourg a été un grand succès et peut certainement aider quelques étudiants avec leur décision pour le semestre d’études à l’étranger. Par ailleurs, la visite guidée leur a apporté beaucoup d’éléments culturels très intéressants.
Le projet a été financé un grand partie par une vente de gaufres qui a été lieu une semaine avant l’excursion et était organisé par les deux membres du projet.


L'interview avec deux Français

Claudia et Nicolas, participants au programme Erasmus à la H.F.U.

Dans le cadre de notre projet francophonie, nous avons interviewé deux étudiants français Claudia et Nicolas  qui participent au programme Erasmus à la H.F.U.

De quelle ville en France viens-tu? Comment s’appelle ton université? 
Claudia: Je viens de Toulouse et mon université s’appelle ICD Toulouse- International Business School
Nicolas: Normalement, j´habite à Mulhouse et j´étudie à l’ I.M.E.A.

Pourquoi est-ce que tu as choisi la HFU? Es-tu venue dans la cadre d’un programme comme Erasmus?
Claudia: Mon université française a un partenariat avec cette école. En plus, j´ai la possibilité d´obtenir un double diplôme ici.

Pour combien de temps resteras-tu ici?
Claudia: Je resterai une année.
Nicolas: Moi, je fais un semestre.

Pouvais-tu choisir ton emploi de temps seul? As-tu des cours en allemand ou en anglais?
Claudia: Moi, je n´avais pas le droit de choisir mon emploi de temps seule. Toutes les filières obligatoires sont en anglais et j´ai choisi une option en allemand.

Parallèlement aux cours de la HFU, prends-tu aussi des cours d’allemand ?
Nicolas: Oui, nous apprenons l´allemand trois heures par semaine dans le « Language Center », c´est obligatoire.

Est-ce que l’allemand était une filière à ton université? Pour combien de temps tu l’as appris?
Nicolas : Oui, nous avons pris l´allemand comme deuxième langue à nos universités. Je l´appris pour 8 ans et Claudia pour 10 ans.

Es-tu venue ici avec des autres étudiants de ton université? Est-il normal que les Français passent leur semestre à l’étranger en Allemagne?
Claudia: Je suis venue avec trois autres étudiants et Nicolas est venu seul. Donc, on peut dire que ce n’est pas normal pour les étudiants français d´aller en Allemagne, plutôt en Espagne.

Passes-tu beaucoup de temps avec des Allemands ici? Est-ce que tu participes au programme « Buddy » qui permet d’accompagner un étudiant étranger, à l’université?
Nicolas : Contrairement à Claudia qui connaît seulement deux Allemands, je passe beaucoup de temps avec quelques Allemands. En plus, nous les deux, on participe au programme BUDDY.

Aimes-tu l’Allemagne et Schwenningen? Recommanderais-tu notre université à d’autres étudiants?   Claudia : Nous aimons bien l´Allemagne mais Schwenningen ne serait pas si dynamique sans les étudiants. Nous aimons l’ambiance de cette université.


La soirée francophone 2015

Comme tous les ans, la soirée francophone a lieu sur le campus à Schwenningen. Elle est organisée dans le cadre du projet du premier semestre. Cette fois le groupe d’organisation se formait de cinq Allemands et onze Français. La fête commençait à 18 :30h le 8 décembre dans le bâtiment E.

Il y avait environ 50 personnes qui y sont venues. Parmi eux on a pu trouver au moins 15 Français. En plus il y avait quelques étudiants francophones. En entrant le bâtiment, nous avons remarqué tout de suite que les organisateurs avaient investi beaucoup de travail dans la fête. La richesse de la décoration détaillée a été très impressionnante. Ce que nous avons aimé beaucoup, c’étaient les t-shirts uniques des organisateurs avec la carte française tricolore. En attendant le début des présentations, on a entendu de la musique française qui a contribuée à une atmosphère détendue.

Le grand thème de la soirée a été « Le Tour de France ». La soirée a commencé avec des présentations des étudiants français. Ils ont présenté d’une façon attrayante leurs universités en France. Après chaque présentation les auditeurs ont pu participer à un petit quiz. Pour chaque réponse correcte, on a reçu un petit cadeau. Ensuite, le buffet a offert une grande variété des petits plats. Comme spécialités françaises, il y avait de la Rillette, Quiche-Lorraine, Apple crumble, tarte flambée, des crêpes et beaucoup plus. Tous ont été très délicieux et notre plat préféré a été la tarte flambée. La nourriture était préparée par chaque membre du groupe d’organisation. Tout le monde avait pu choisir ce qu’il voudrait faire. Au total, la soirée était très bien organisée, très amusante et réussie.

Les organisateurs nous ont dit, qu’ils avaient beaucoup aimé effectuer la soirée francophone et qu’ils avaient passé un bon temps.

Svenja Oschwald, Jenny Messner et Franziska Maurus 

 

 

 

 


Bridinette, une Camerounaise entre modernité et tradition

Nous sommes trois étudiantes de la filière IBW en premier semestre. Comme nous réalisons le projet « la Francophonie », on a eu  l´idée d´interview Bridinette qui vient du Cameroun. A 27 ans, elle vient de commencer ses études à  la HFU dans la filière IBW.

Etudiantes : Quand es-tu arrivée en Allemagne et pourquoi y fais-tu tes études ?

Bridinette : Je suis arrivée en Allemagne il y a un an. Je trouve le système scolaire allemand  très intéressant et j´aime bien la langue. En plus, les études ne sont pas aussi chères qu´en France.

E : Pour combien de temps et comment as- tu appris l’allemand?

B : J´ai reçu le diplôme ZIDAF au Cameroun après avoir appris l´allemand pendant 5 mois. En outre, j´ai appris l´allemand en Allemagne encore pendant 5 mois pour obtenir le  diplôme DHS qui me permet de faire des études en Allemagne.  

E : Es-tu venue toute seule ou est-ce que ta famille t’a accompagnée?

B : Je suis arrivée seule, donc, c´est très dur financièrement. Si on est étranger, on ne reçoit pas de bourses alors, il faut travailler. Je me sens très à l´aise en Allemagne. Cependant ma famille me manque, surtout ma mère.  

E : Quel diplôme as-tu reçu au Cameroun ? Est-ce que c’est normal d’obtenir ce diplôme, aussi pour les femmes ?

B : J´ai reçu la licence en finance (Controlling, Accounting) au Cameroun. Mais oui naturellement, les femmes sont très nombreuses et fortes dans les universités.  

E : Est-ce qu´on peut comparer les études au Cameroun avec celles en Allemagne ?

B : Je pense que le système allemand est très convaincant, c’est-à-dire, c’est plus orienté vers la profession. En outre, les études allemandes sont mieux organisées.

E : Est-ce que tu sens l´ambiance internationale à la HFU ?

B : Oui, j’aime bien cette ambiance. Chaque jour quand j’arrive à l’université, j’entends des personnes parlant français, anglais, allemand… ça m’aide à me sentir plus à l’aise. En outre, il y a beaucoup de Camerounais à la H.F.U.

E : Pourquoi as- tu pris la décision de faire les études à la HFU ? Pourquoi la filière IBW ?

B : Dans cette région calme, je peux bien me concentrer, les études sont internationales et les deux semestres à l’étranger m’ont convaincue.

Franziska Maurus, Jennifer Messner, Svenja Oschwald 


Le cinéma français à l’honneur: la soirée cinéma de la H.F.U. le mardi 28 avril 2015

Mardi dernier, nous sommes allés à la soirée cinéma, organisée par les étudiantes d´IBW1 et

IBM 1, Cara, Isabelle, Melissa et Agathe. Arrivés vers 18h30, nous avons pu admirer le formidable buffet, garni avec plein de spécialités françaises, qu´on peut voir sur les photos. Melissa qui donne des cours de français et Agathe qui fait des études en International Business Management nous ont parlé un peu de leur organisation pour ce projet.

Elles ont préparé les quiches, sandwichs et gâteaux elles-mêmes et cela leur a beaucoup plu.

Aucune d´elles n’avait vu auparavant le film « De vrais mensonges » qui a été montré à 19h30.

Après avoir bu et mangé, nous avons pris de nombreuses photos et nous nous sommes installés dans la salle pour voir cette comédie d´amour. Nous l´avons trouvée très sympa et amusante, typiquement française concernant l´humour, les tenues, le maquillage (rouge à lèvre par exemple) des acteurs. Le film est de 2010 avec l´actrice célèbre Audrey Toutou.

La salle n´était pas pleine, il y avait environ une trentaine de spectateurs. En tout, il y avait plus d´Allemands que de Français qui sont venus.

Cyrille, un étudiant Français de IBM 4 trouvait le film moyen parce que il n´était pas assez amusant à son goût. Contrairement à Aurélien, qui accompagnait sa copine. Il trouvait le film et la soirée très bien parce qu´il était très facile à comprendre. Il trouvait le buffet très complet grâce aux nombreux petits plats français bien variés et des prix modestes.

Bien sûr, nous avons demandé l´avis de nos camarades de classe.

Kathrin et Gabriel étaient aussi enchantés du film, ils pouvaient tout comprendre puisque les sous-titres étaient en allemand et bien sûr ils étaient ravis de la décoration et du buffet.

Dans l´ensemble, c´était une soirée très réussie, grâce à l’excellente organisation et cela a permis de réunir les étudiants français ou d´autres pays francophones.

Claudia, Mike, Mathias (IBW1)

International Week

Dans le cadre de «l’International Week », le lectorat français de la HFU a invité le Professeur, Docteur Boris Maynadier de l’Institut International du Commerce et du Développement de Toulouse.

Notre étudiante en IBM4, Laureta Agushi a interviewé M. Maynadier :

L : Qu’est-ce qui vous a motivé à enseigner ?

Prof M : Je n´avais pas comme objectif de devenir Professeur. J´ai terminé mon école de commerce et par la suite on m´a proposé de faire un remplacement qui m’a plu et j´ai continué dans cette voie.

L : Quel a été votre parcours professionnel ?

Prof M : J’ai travaillé dans la publicité comme concepteur- rédacteur. J’étais chargé d’effectuer du planning stratégique qui consiste à étudier des marques. J’ai fait cela en parallèle aux cours que je donnais. Actuellement, je suis enseignant-chercheur sur le marketing territorial des villes.

L : Pourquoi avoir choisi de participer l’ « International Week » ?

Prof M : La H.F.U. me l’a proposé. J’ai accepté car j’ai voulu être dans un contexte culturel différent. J’ai également voulu faire un mix culturel entre les Allemands et les Français en leur faisant étudier des cas marketing de villes françaises et allemandes.

L : Quelle est votre relation avec l’Allemagne ?

Prof M : « On se regarde », en effet je n’ai pas de lien à proprement parler avec l’Allemagne mais c’est cette différence culturelle qui m’intéresse.

L : Quelle a été votre première impression lors de votre arrivée ?

Prof M : Je n’ai pas eu vraiment de première impression, mais étant une personne plutôt urbaine j’ai remarqué que Villingen-Schwenningen était une petite ville avec une grande université.

Que pensez-vous de la coopération franco-allemande ?

Prof M : Indispensable selon mon point du vue, que se soit au niveau de l’histoire de nos deux pays, ou que ce soit au niveau de la mobilité des étudiants en Europe.

L : Qu’attendez-vous des étudiants durant cette semaine ?

Prof M : « J’aimerais être surpris par mes étudiants », et que mon cours les intéresse.

L : Quels conseils pouvez-vous leur donner ?

Prof M : Utiliser les méthodes et les outils offerts dans mon cours et faire preuve d’originalité et de créativité.

H.F.U.: Une université accueillante pour nos étudiants africains francophones.

Nous sommes trois étudiants allemands Claudia, Mathias et Mike et sommes en premier semestre de la filière IBW. En marchant sur le campus de notre université, nous entendons parler allemand mais aussi anglais, chinois et français... Nos étudiants viennent des quatre coins de notre planète et l’Afrique est particulièrement bien représentée. La plupart des étudiants africains ont choisi de continuer l’apprentissage du français et ont opté pour des études d’économie dans la filière francophone. Comme ils sont de véritables représentants de la francophonie dans notre établissement, nous aimerions vous présenter une de nos étudiantes africaines, Francine une camerounaise. Voici l’interview que nous avons menée avec elle.

C,M,M : Claudia, Mathias et Mike.

F : Francine


C,M,M : Bonjour Francine!Ca va?

F: Ca va bien, merci.

C,M,M :  Comment tu es venue à l'idée de faire tes études en Allemagne et pas en France?

F : Premièrement, j'ai toujours aimé la langue allemande et ma langue maternelle étant le français, j'ai voulu choisir une autre langue.

C,M,M : Qu'est-ce que tu penses de l'Allemagne?

F : Au début, c'était très difficile, mais actuellement je me sens très à l'aise, les Allemands de la région de Bade-Wurtemberg sont très accueillants.

C,M,M :  Cela te plaît d´être ici?

F : Oui je me plais dans ce pays, je fais mes études en économie, parce que l'Allemagne est une grande puissance économique en Europe.

C,M,M :  Est-ce que la vie ici est très différente en comparaison avec celle de ton pays d'origine?

F : Oui, par exemple la culture est différente et la nourriture aussi.

C,M,M :  Combien de temps tu as l'intention de rester en Allemagne?

F : Je veux faire mon Bachelor en Allemagne et peut-être mon Master aussi.

C,M,M : Qu'est-ce que tu penses de la HFU?

F : L'environnement me plaît, je pourrais même dire parfaite à mon goût.

C,M,M :  Où est-ce que tu as appris l'allemand?

F : J'ai appris l'allemand environ 4 mois au Cameroun et 7 mois en Allemagne.

C,M,M :  Tu le parlais déjà avant de venir à Schwenningen?

F : Je vis en Allemagne depuis 2013. Dès le début je suis allée à un cours de langue pendant 7 mois avant de commencer mes études.

Mais j ´ai commencé à apprendre l´allemand au Cameroun pendant 4 mois.

C,M,M :  Est-ce que tu as déjà visité la France?

F : Oui le week-end dernier j´ai visité Paris, mais je suis aussi déjà allée à Mulhouse et en Alsace.

C,M,M :  Tu t’appelles Francine. Est-ce que ton prénom a un rapport avec la francophonie?

F : Je ne sais pas, mais on me dit souvent, que cela rappelle la France.

C,M,M :  Est-ce que tu es déjà allée dans un autre pays francophone?

F : Non, je n'ai pas visité d´autres pays francophones à part la France et le Cameroun.

C,M,M :  Qu’est-ce que tu sais de la Francophonie?

F : La Francophonie est un ensemble de pays parlant le français. Elle se célèbre une fois par an pendant le semestre d´hiver avec la fête de la francophonie dans notre école.

C,M,M :  Est-ce que les pays francophones ont des points communs à part la langue?

F : Les points communs sont au niveau de la coopération (touristique, économique et de culturelle).

C,M,M :  Est-ce que tu parles français à la maison?

F : Oui, je parle le français à la maison et à Schwenningen je parle allemand et français.



C,M,M :  Est-ce que tu parles un dialecte africain? Si oui, comment est-ce qu’il s’appelle?

F : Oui, il s'appelle Bamileke.

C,M,M :  Parles-tu une autre langue que le français?

F : Oui, l'espagnol. J'ai eu un baccalauréat philosophique espagnol A4.


C,M,M :  Connais-tu d’autres étudiants/e du Cameroun ou d’un autre pays francophone?

F : Il y a un étudiant Camerounais dans ma salle de classe mais sa langue maternelle c'est l'anglais. Il y a énormément d'étudiants qui parlent le français à la HFU.


C,M,M :  Est-ce que tu retournes une fois par an (pendant les vacances) dans ta famille?

F : Ca fait deux ans que je suis en Allemagne et je ne suis pas retournée au Cameroun. J'aurai peut-être la chance de revoir ma mère cette année en Allemagne.


C,M,M :  Pourquoi tu as choisi la filière francophone et pas espagnole/chinoise?

F : La langue chinoise est difficile. J'aime la langue espagnole mais l'économie en Espagne est très mauvaise.


C,M,M : Merci beaucoup pour cette interview Francine !


ARTICLE sur une étudiante de France faisant tout son cursus à Schwenningen: Eléonore.

La jeune Eléonore Richerolle agée de 18 ans est originaire de la ville de Dourdan, en Ile-de -France dans le département de l´Essonne. Diplômée d´un Baccalauréat Franco-allemand, elle continue ses études en Gestion des Entreprises à la Hochschule Furtwangen, au campus de Villingen- Schwenningen, ville Allemande où elle réside. Le choix de cette Université a des critères importants pour elle. Notamment son désir d´améliorer ses connaissances en langue allemande, son admiration pour le pays où elle a fait un échange à l’âge de 16 ans à Hambourg.

Conseillée par son professeur d´allemand en France, elle nous dévoile que son choix est sans réserves. Campus sympathique, petite ville, assez bonne alternative pour les études où on prend rapidement des repères. Elle a traversé des difficultés au début, à savoir au niveau des cours magistraux qui sont dispensés en allemand mais toutefois elle ne regrette pas son choix et se dit que toute réussite passe par des sacrifices, de ce fait elle voit en la HFU un avenir prospère pour elle.

Étant en contact avec deux autres élèves Charlotte Mattern et Wiebke Devaux de son ancien lycée FRANCISQUE SARCEY DE DOURDAN au sud de Paris, Eléonore nous informe que ces deux dernières réfléchissent à étudier en Allemagne à la HFU. Les deux jeunes filles âgées de 17 ans ont participé à tous les cours du premier semestre de la filière Gestion des entreprises pendant une semaine sous la direction d’Eléonore Richerolle. Cette phase d´adaptation a été un atout décisif pour les jeunes élèves qui définissent les études à la HFU comme axées sur l'avenir, généralistes et pratiques en économie avec une forte orientation internationale. En tant d´ailleurs la jeune Charlotte nous a fait savoir par l´intermédiaire de sa professeur d´allemand, qu´elle est candidate pour suivre ses études en IBW à partir du semestre d´hivers 2015.

La Soirée Francophone à la HFU – Vendredi, 12 Décembre 2014

Le mardi, 12 décembre, la soirée francophone a eu lieu à la Hochschule Furtwangen sur le campus de Villingen-Schwenningen. A 19 heures, les visiteurs de la soirée ont été reçus et invités à boire un assortiment de boissons dans le bâtiment E.

Tout a été décoré avec des drapeaux français, des guirlandes dans les couleurs bleu, blanc, rouge et des affiches des régions différentes de la France. A 19.30 heures, les étudiants français nous ont commencé leurs présentations sur différentes universités françaises. Après les présentations, nous avons eu la possibilité de manger quelque chose du buffet très varié organisé par les étudiants de IBW 1. Les invités ont eu le choix entre des baguettes garnies de pâté, rillettes, fromages, des crêpes, des quiches lorraines et différentes sortes de gâteau au chocolat, aux fruits.

La première université qui était présentée était La Rochelle Général Engineering School qui était fondée dans en 1901. A la EIGSI il y a des filières d’études différentes avec lesquelles ils seront formés comme ingénieurs ayant acquis diverses connaissances dans les différents métiers de l’ingénierie. Cela leur permet de travailler dans beaucoup de secteurs et fonctions. La Rochelle est une ville dans l’ouest le la France avec environ 75.000 d’habitants. A EIGSI, de nombreuses associations offrent des activités aux étudiants, entre autre le 4L Trophy EIGSI Team, Ecodrive et Inté. En plus, l’université offre une grande variété d’activiés sportives comme le rugby, le football, le handball et le basket-ball. La ville de la Rochelle comme ville étudiante a aussi beaucoup à offrir parce que beaucoup d’événements ont lieu à la Rochelle comme Grand Pavois, die Rally Rochelle et le Marathon Rochelle. Par ailleurs, la Rochelle est une ville très ensoleillée et touristique.

Par la suite, le IPI, l’institut supérieur de Promotion Industrielle et l’ ISIALM, l’institut supérieur d'ingénierie d'affaires au Mans étaient présentés. A IPI, les étudiants peuvent obtenir des diplômes avec lesquels ils sont qualifiés pour des métiers comme responsables de la production et de projets industriels.

Cet institut se trouve au Mans, une ville dans l’ouest de la France avec 194.000 d’habitants. Ici aussi, les instituts offrent beaucoup d’activités de loisirs comme des journées sportives et des soirées cinémas.

Les étudiants de l‘ISIALM font un apprentissage dans le domaine du management dans la gestion des projets industriels et de l’économie globale du projet.

Cet institut offre aussi des soirées différentes et des activités sportives aux étudiants.

L´EM STRASBOURG BUSINESS SCHOOL est une école de management française située à Strasbourg, dans l´Est de la France et dans la région de l´Alsace. Elle a été fondée en 1919 à l´initiative de la chambre de commerce de Strasbourg et fait partie de la plus grande université de France.

Deux étudiants de cette université nous ont présenté cette université avec une grande clarté. Avec une formation en trois ans (Marketing, Finance, Web design, communication, etc.), l´Université de Strasbourg forme ses étudiants aux métiers du management de l’entreprise par le biais de divers programmes: programme Grande école, Masters Universitaires, Bachelor Affaires Internationales, Exécutive Education et Doctorat.

Ces étudiants nous ont fait savoir que l´Université de Strasbourg accueille 20% d´étrangers, ville culturelle aux spécialités culinaires remarquables comme le kouglof et la fameuse tarte flambée.

Après cette présentation de leur Université, un quiz a été effectué par les étudiants de Strasbourg et la participation des invités était grandiose.

L´Ecole de Management Pôle Universitaire Léonard de Vinci, Paris – la Défense (EMLV) était présentée aussi. La présentation de cette université a commencé par la projection d´une vidéo sur le campus de l´université. Ensuite un étudiant de cette université a eu à prendre la parole et à donner d´amples informations.

Située au nord-ouest, au coeur économique de Paris, l´EMLV possède en son sein 1553 étudiants. La formation dans cette université se fait en 5 ans avec 1 année à l´étranger. En troisième année, l´université accueille des étudiants étrangers et l’étudiant représentant de cette université nous dit que les cours sont très similaires à ceux de la HFU. Avec 30 associations, 22 disciplines sportives, des championnats universitaires et des voyages en Europe: Berlin et Amsterdam, l´attractivité dans cette université est remarquable.

De même un grand slogan en ressort dans cette ville: << Paris- THE MOST BEAUTIFUL CITY WORLDWIDE>>.

Université Paris1-Panthéon-Sorbonne.

Présenté par Boris, étudiant en master en comptabilité, celui –ci nous explique que la création de cette université remonte en 1200, créée par Robert de Sorbon. Située dans le cinquième arrondissement de Paris, l´université Paris1 Panthéon- Sorbonne propose des licences masters et doctorat, ainsi que des doubles licences parfois suivies de doubles maîtrises ou de doubles masters. Depuis 1970, cette université est restée la même avec ses deux bâtiments donc: le centre de Sorbonne et celui de Panthéon; l´étudiant nous a aussi présenté monsieur François Weil, le grand chancelier des universités.

En 2014, l´université Panthéon – Sorbonne 1 compte près de 1603 professeurs, 315 bilatéral, 55 000 étudiants soit 8 000 étudiants étrangers. De même, à la fin de la présentation, un quiz a été fait et des cadeaux ont était remis à tout ceux qui répondaient correctement aux questions.

Après que toutes ces universités aient été présentées, nous avons eu le plaisir d´écouter la responsable de la filière Francophone: Madame Annick Wehrle, qui nous a parlé des possibilités de double diplôme.

Elle nous a expliqué que la faculté Wirtschaft a 8 Ecoles et Universités partenaires où les étudiants de la faculté Wirtschaft ont la possibilité de faire un double diplôme en France. La licence/Bachelor se fait en 7 semestre à la HFU avec la rédaction de son mémoire de licence: Bachelor Thesis de fait à Schwenningen à la HFU en 7ème semestre. De même, elle nous a informé que deux îles françaises avec les EGC partenaires La Martinique et la Réunion nous propose désormais un double diplôme.

A travers tous ces événements se déroulant à la HFU, ceci est un bon exemple pour montrer la collaboration allemande entre étudiants Français et Allemands: exemple de compétence interculturelle que prône la HFU.

C’était une soirée très réussie grâce à l´enthousiasme et l’engagement des étudiants de IBW 1 qui ont tout organisé avec l´aide des étudiants français dont certains en plus nous ont présenté leurs universités.

La soirée cinéma à la HFU – Mardi, le 25 Novembre 2014

Lundi, le 24 Novembre, la soirée cinéma a eu lieu de nouveau à la Hochschule Furtwangen sur le campus de Villingen-Schwenningen dans la salle E0.02.

La soirée était organisée par quatre étudiants de IBW 1.

La soirée cinéma a commencé à 19 heures. Les visiteurs de la soirée ont été reçus avec un buffet avec des baguettes garnies, des gâteaux aux pommes, des gâteaux aux cerises et une variété de boissons.

Jusqu’ au début du film il y avait une brève présentation des frères Auguste et Louis Lumière de Lyon en France. Les deux ingénieurs sont les inventeurs du kinétoscope et comme ça, ils ont permis la première projection d’un film dans le Grand Café Paris le 28 décembre 1895.

Enfin, à 19 heures, le film a commencé.

Le film qui a été présenté est une comédie française qui s’appelle « Qu'est-ce qu'on a fait au Bon Dieu? ». En avril 2014, le film est sorti dans les cinémas français et en juillet 2014, le film est sorti dans les cinémas allemands. En France, le film avait presque 2 millions de spectateurs.

Claude et Marie Verneuil sont un couple français, catholique et conservateur avec quatre filles. Ils ne souhaitent rien d’autre que des beaux-fils pour leurs filles, mais quand Ségolène se marie avec un Chinois, Isabelle avec un musulman et Odile avec un juif, leur fille Laure reste le seule espoir pour le couple d’avoir un beau-fils français et catholique. Lorsqu`elle parle d’avoir un copain catholique, Claude et Marie Verneuil sont très contents de voir le beau-fils. Mais comme leur « beau-fils de leur rêves » se révèle le Charles noir de la Côte d’Ivoire, le torchon brûle. Claude veut maintenant empêcher le mariage de sa fille Laure avec le Charles noir.

Mais comme la famille Verneuil rencontre la famille de Charles, rien ne se passe comme prévu…

Le film « Qu'est-ce qu'on a fait au Bon Dieu? » montre avec un grand sens de l’humour, la rencontre des gens des cultures différentes avec leurs préjugés sur les autres cultures.

A 21 heures, le soirée cinéma était terminée. C`était une soirée amusante et une soirée très réussie.

 


Les étudiants français étudiant à la H.F.U.

Nous avons déjà interviewé Eleonore, jeune Française, poursuivant toutes ses études à la H .F .U. autres étudiants francais sont aussi à notre université pour y passer un ou deux semestres d’études. Nous aimerions vous les présenter.


Nous avons rencontré ces étudiants français qui sont à Schwenningen dans le cadre du programme Erasmus. 8 étudiants ont participé à l’interview, mais dans cet article nous nous particulièrement entretenus avec 2 étudiants et leur avons demandé pourquoi ils ont venus à Schwenningen, ce qu’ils pensent de la HFU et d’où ils viennent en France.


Alexane, 20 ans, fait ses études à l’École de Management Pôle universitaire Léonard de Vinci, qui se trouve à la Défense, à Paris. L’HFU est une université partenaire du EMLV, et elle trouve que les deux établissements aussi se ressemblent avec des classes petites et des cours interactifs. Elle nous a dit : « Les gens sont tous très gentils à Schwenningen. Une petite ville, on peut se rendre dans tous les lieux à pied – cela me plaît. »


Charles, 22 ans, vient de l’ile de la Réunion, près de Madagascar. Mais il étudie à l’Ecole d'Ingénierie en Génie des Systèmes Industriels : EIGSI, qui se trouve à la Rochelle.

« Je veux améliorer mes connaissances économiques, mon Ecole d´Ingénieurs est plutôt orientée technique bien sûr. Je suis venu parce que j’avais une très bonne impression de la HFU quand j´ai cherché des établissements partenaires pour passer mon semestre à l’étranger. Par ailleurs, nous pouvons faire beaucoup de choses pendant notre temps libre à Schwenningen, par exemple très récemment, nous sommes allés faire du patinage.

Les soirs, on sort avec des amis dans les bars ou en discothèque. «


Les étudiants français suivent les cours d’IBM et IBW 2 ou 3. Ils trouvent que les professeurs sont sympatiques et nous sommes sûrs, qu’ils vont passer un excellent semestre à Schwenningen. Nous leur souhaitons de passer un semestre agréable parmi nous.


Diplôme de Francais Professionel - Affaires

Die Fakultät Wirtschaft ist seit mehreren Jahren Centre d´examens de la Chambre de Commerce et d´Industrie de Paris. Studendierende können das Diplôme de Français Professionnel – Affaires (Niveau B2, C1 oder C2) am Campus Schwenningen erwerben. Die Vorbereitungskurse zu diesen Prüfungen werden an der Fakultät Wirtschaft angeboten.

Weitere Informationen

Ansprechpartnerin: Annick Wehrle

 

 

HFUs got Talent: les talents de la HFU!

Le 3 juin, un événement inédit a eu lieu dans la salle E0. 02. Un projet intitulé « HFUs got Talent » à l'initiative de quatre étudiants français : Saif Saidane, Aude de Labereyre, Marion Kunnemann et Ségolène Riquier pour le cours de gestions de projet.

Ils ont reçu le soutien d'étudiants de la filière francophone d'IBW et IBM 2 : Jérôme Friedrich, Sara Kutzner, Patricia Messner, Eva Mayer, Alexandre Boiteau et Fabian Belanger.
A 20 heures, la soirée a commencé par une courte introduction de la présentatrice Sabrina Kopecki qui a expliqué comment la compétition fonctionnait.

Le gagnant est mesuré avec un applaudimètre, celui qui fut le plus applaudi avait donc le plus de chance de remporter la victoire.

Le premier talent du soir était Raman Paneru d'IBM 4 qui a interprété une chanson népalaise avec un tambour népalais traditionnel du nom de MADAL.
Le deuxième participant de la compétition était Joaquin Dimas, IBW 1 d'El Salvador, qui joua à la guitare des chansons comme
Que La Vida Mia, El problema et Wonderwall.
Au troisième tour, l'étudiante en échange Zhang Rui de Xiamen, 24 ans, a pu prouver son talent avec la chanson chinoise
Ye Lang Xiang qui a plu au public. Elle a obtenu la troisième place dans la compétition.
Juan Martin Cuesta Bustamente qui a passé son baccalauréat l’année dernière au lycée technique à Rottweil a obtenu la deuxième place dans la compétition. Il a convaincu le public avec sa voix et sa guitare avec les chansons
Another Love, If I was et Free Fallin.
A la pause, des bretzels, boissons, Nachos et Guacamole et d´autres délicieux plats ont été servis.
Patricia Messner et Markus Kleiser étaient le cinquième talent. Avec de l'harmonica et de la guitare, ils ont joué de la musique rock.
Mais la victoire du soir alla à un autre : Patrick Streicher, 24 ans d'IEB 4 fut le grand vainqueur de cette soirée « HFU got a talent. Il a joué de la guitare en chantant.
Le dernier talent du soir était Caterina Olcese Vera, étudiante de double diplôme d'IBM4. Elle a chanté la chanson
Beyond the sea.
A la fin les hôtes ont dansé leur Flashmob et les résultats furent annoncés. Les trois gagnants ont reçu des cadeaux comme par exemple un abonnement d'un mois au club de sport EasyFit.

Le projet fut organisé également dans un but social : un don sera fait à l’organisation « Bildung Benachteiligter e.V. » qui fut fondée en 2010 à Villingen pour donner une chance de formation à des enfants en difficultés sociales et scolaires. « Les enfants sont notre avenir donc nous voulons leur donner une chance ». Dans cette association des professeurs donnent des cours d'allemand à des enfants étrangers à l'école primaire.

C'était une soirée variée et riche en découvertes avec de nombreuses présentations des étudiants de la HFU. Nous pouvons être fiers d´avoir autant de talents différents à la HFU !

Yannik et Laura IBW 2

 


International week: Doing business in France

Le groupe d´étudiants qui a suivi les cours de M. Lapoule

La HFU a accueilli son événement annuel ce semestre d’été : La International Week (du 20 au 22 mai 1014).
Il s’agit de séminaires encadrés par des professeurs venant des Etats-Unis, du Pérou, de Chine et aussi de France. Durant cette semaine les étudiants suivent les cours proposés pour en savoir plus sur le système économique du pays concerné.

Nous nous sommes intéressés au séminaire français : Doing Business in France encadré par M. Lapoule en lui posant notamment des questions sur son engagement et sa motivation quant à la coopération franco-allemande.

M. Lapoule, professeur de Marketing, Distribution et Stratégie à Novancia, Ecole de commerce à Paris est également consultant marketing dans le domaine de la logistique, gestion de partage des approvisionnements ainsi que dans le domaine de fixation des prix au niveau européen.
Il a travaillé notamment avec les groupes Danone et L’Oréal en tant que consultant de formation.
M. Lapoule a déjà participé les années précédentes à cette International week et est revenu cette année partager son savoir avec les étudiants de la HFU.
L´une de ses motivations de passer cette semaine en Allemagne à la HFU était de pouvoir développer et contribuer à l’amitié franco- allemande. Le groupe d’étudiants suivant ce cours était un public international, principalement des étudiants allemands issus de la filière francophone mais également des étudiants français en échange ou d’autres internationaux.

La coopération franco-allemande tournée vers l’international est importante pour M. Lapoule et permet de créer une complémentarité entre deux pays favorables au développement européen.
Son intérêt pour l’Allemagne est notamment dû à la culture allemande et au sérieux des Allemands.
Il a déjà pu découvrir l’Allemagne et également l’Autriche en tant qu’animateur touristique, en dirigeant des centres de vacances et séjours linguistiques.
Il a été aussi satisfait par le cadre de travail que par l’accueil de la HFU.  
Cette semaine a été appréciée autant par M. Lapoule que par les étudiants ayant suivis ce séminaire.  

Lydia IBM

Témoignages d´étudiants :

Lydia Hamoud , étudiante française à l’université de Haute Alsace à Mulhouse en échange ERASMUS :

« Choisir ce séminaire était pour moi un moyen d’en savoir plus sur le thème de la grande distribution en France mais également de pouvoir travailler en groupe franco-allemands.

J’ai appris énormément de choses cette semaine, n’ayant suivi aucun cours de Marketing ou de Distribution en France.
J’avais déjà travaillé dans la distribution « drive », qui constituait le thème principal de la semaine et j’ai donc pu mettre mon expérience et mon savoir au service de mon groupe, composé de trois autres Allemandes qui ne connaissaient pas autant ce concept, presque inexistant en Allemagne.

Le fait de suivre un même cours pendant une semaine avec les mêmes personnes, crée une bonne ambiance de travail qui permet de s’impliquer entièrement dans le travail de groupe et d’apprendre à mieux connaitre les étudiants. C’était aussi un moyen de communiquer efficacement entre nous, que ce soit en français pendant le cours, en allemand ou anglais après.  
J’ai énormément apprécie ce séminaire qui m´a permis de découvrir quelque chose de différent tout en utilisant nos compétences et savoirs acquis pendant cette année. »

Claudia Bretschneider, étudiante allemande à la HFU Furtwangen en filière francophone :  
« Étant étudiante en filière francophone, j’ai décidé de participer à ce séminaire pour profiter de l’occasion de mieux connaître l’environnement économique en France. Le séminaire ayant pour thème la grande distribution, mettait l’accent sur le Marketing, ce qui était mon autre critère de choix.
Les cours étaient en français, ce qui était un enjeu ainsi qu’une de mes motivations d’y participer. Mes inquiétudes de départ étaient de ne pas bien comprendre le professeur mais elles ont disparu rapidement car M. Lapoule parlait clairement.
Grâce aux travaux en équipe, chacun d’entre nous avait plus de possibilité de s’engager et de parler français dans les groupes internationaux. Les exercices nous permettaient aussi de développer et discuter nos propres idées.
Un des sujets traités était le système des drives. Ce mode de distribution n’est pas très courant en Allemagne, j’ai donc pu en  apprendre beaucoup en appliquant par la même occasion des  analyses apprises dans d’autres cours.
La semaine internationale et ce cours de marketing et distribution en France a été une bonne expérience et je le recommande à tous les étudiants intéressés par la France et/ou le marketing. »

La HFU attire des étudiants français – semestre d´été 2014

Ce semestre d’été, la Hochschule Furtwangen University à Schwenningen est une nouvelle fois la destination de nombreux étudiants français qui font leur semestre d’études à l’étranger.
Lydia Hamoud et Alexandra Bitzer, deux étudiantes de la filière International Business Management (IBM), ont eu le plaisir de faire plus ample connaissance avec les étudiants français pour en apprendre plus sur leurs impressions et pour qu´ils puissent donner des conseils aux autres étudiants qui ont l’intention de passer un semestre d’études à la HFU.   
 gauche à droite: Lydia Hamoud, Clément Bouldoires, Alexandre Boiteau et Alexandra Bitzer

La HFU est une université  partenaire très intéressante pour découvrir la culture allemande et progresser en langue. De plus, de nombreuses sont offertes pour visiter la région : excursions au Lac de Constance et à la Forêt-Noire entre autre.
La HFU offre la possibilité aux étudiants de se spécialiser dans un domaine du monde professionnel international et c´est pour cette raison qu´ Alexandre Boiteau de l’Institut Supérieur d’Ingénierie d’Affaires (ISIALM) du Mans, et Clément Bouldoires de l´EGC Rodez, ont décidé d’élargir leurs connaissances dans des cursus qui correspondent à leurs formations :

Alexandre Boiteau, ISLIAM (IEB)

J’ai choisi ce cours, parce que je voulais approfondir mes connaissances de l’industrie technique, particulièrement en anglais ce qui va m´ouvrir de nombreuses possibilités pour les emplois internationaux. Toutes les matières sont très intéressantes; il y a même quelques matières nouvelles que je ne connaissais pas en France, par exemple le cours International Economics.
Je pense faire mon stage dans une grande entreprise en Allemagne. Le domaine de l’aéronautique m’intéresse beaucoup. Ce semestre à Schwenningen me prépare très bien pour arriver à cet objectif, comme le mélange entre langues, gestion d’entreprises et technologie qui est plus soutenu en Allemagne qu’en France : on fait donc beaucoup de progrès.